Un vrai plaisir d’accueillir Zackarose pour une semaine de travail sur scène. Entre sonorités blues, bits électro, nappes synthétiques et percussions groovy, Julian nous a offert une semaine de poésie.

Rencontre sur le coin d’une table, entre deux filages :

 

Tu as déjà joué à Toï Toï, il y a un petit moment, de mémoire...

Oui en janvier 2016, ça fait un bail. C’était une super soirée, un co-plateau avec SegFault. Très bonne ambiance.

 

Cette fois-ci, que viens tu travailler sur la scène de Toï Toï ?

Ca fait un moment que j’ai envie de travailler la création lumière et la scénographie de mon set. Comme je suis seul sur scène, le rendu peut être assez froid. Là, je travaille enfin sur la mise en espace. Niveau son, je suis calé. Reste à préciser les lumières et mieux utiliser l’espace scénique.

 

Ces derniers mois, tu as pas mal travaillé ton set, en divers lieux. Tu me racontes un peu ?

Ca fait un moment que j’expérimente dans différents lieux, notamment pour travailler la question de la projection d’images.

Je bosse régulièrement à la Friche Lamartine. En mars, j’y ai fait une séance de travail. A la fin du concert de sortie de résidence, j’ai rencontré la photographe Emilie Desprat. Nous avons discuté photo. Ca fait un longtemps que j’avais envie d’intégrer de l’image à mon set, on va travailler ensemble. Ses séries sont super intéressantes. J’imagine bien son travail projeté en diapo sur mes morceaux.

Et aussi, j’ai fait deux trois cessions de travail d’une semaine, en mode création musicale. Je pose mon matos au calme à la campagne et je fais du son. Dont dans le Jura, en mars.

 

Cette fois-ci, tu ne fais pas de concert de fin de résidence. Pourquoi ?

Juste une question de timing. J’ai demandé trop tard à David un créneau de résidence. Votre programmation étant déjà calée, pas possible d’ajouter un concert ce vendredi en dernière minute. Mais j’espère bien venir jouer la saison prochaine.

 

Es tu content de ce temps de travail dédié à la scène et aux lumières ?

Oui carrément. Je connaissais bien le lieu et votre équipe, donc pas de grande suprise sur le fait que nous avons pu bien bosser. Toï Toï ayant une triple activité dans une journée normale (une pause déj avec votre activité resto et une fin de résidence à 17h pour l’activité bar), on a été forcément plus concentrés que d’habitude. Nous canalisons notre énergie comme les séances de travail sont courtes !

 

Où pouvons nous venir t’écouter en live prochainement ?

Le 1er juillet, SOUL TRUCK, Parc Bazin - Lyon 3e

 

Zackarose en vidéo >

Soundcloud >

logo-rtu